Portraits : Le Quattrocento

Publié le par elsatevel.over-blog.com

Elle vient de quitter le Prado, où cinquante mille visiteurs ont craqué pour elle, s'installe à Berlin pour trois mois avant de rejoindre Londres où l'attend l'événement "Leonardo da Vinci, peintre à la cour de Milan" du 9 novembre 2011 au 5 février 2012, pour ensuite rentrer à Cracovie dans la collection du Musée Czartoryski.

Aujourd'hui sa splendeur domine les "Visages de la Renaissance" au Bode-Museum de Berlin jusqu'au 20 novembre 2011, et donne l'impulsion à cette série de "portraits".

Elle : La Dame à l'Hermine, un des quatre portraits de femme connus de Léonard de Vinci, probablement le plus accompli. Si l'expression du visage, tout en intelligence et vivacité, est ce qui fait tomber le spectateur sous le charme, la dynamique de la pose est stupéfiante. Le modèle infléchit une légère torsion du buste vers la droite (vers la gauche dans le tableau), tandis que la tête se tourne vers la gauche, le regard amusé par une scène plaisante que l'animal observe en s'abandonnant aux bras de sa protectrice, dont la merveilleuse main flatte l'encolure.

Les phantasmes de quelques exégètes veulent que l'eurythmie rayonnante du tableau soit induite par l'état de grossesse du modèle (phantasme qui alimente aussi la légende de Mona Lisa). Si nous n'embarquons pas dans ces divagations réductrices, il est possible qu'à dix-sept ans, la favorite du Duc de Milan soit effectivement enceinte, sans pour autant abandonner l'impétuosité de la jeunesse ni renoncer au symbole de pureté qu'est l'hermine.

 

1. Vinci Leonard 1489-90 Cecilia Gallerani Czartor-copie-1

Portrait de Cecilia Gallerani, 1489-90, Leonardo da Vinci (1452-1519), Musée Czartoryski, Cracovie.

Publié dans Quattrocento

Commenter cet article