Edouard Manet, le Réel Inventé (11)

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur


Léon Leenhoff

Le déjeuner dans l'atelier : magistral.

Duras aurait dit : sublime. Un dandy du XXème siècle : épatant. Un ado attardé : génial. Un écrivain contemporain narcissique : divin. Un chef étoilé : parfait. Un snob piqué d'art : puissant. Un oeil averti : subtil. Un peintre du dimanche : sophistiqué. Un styliste branché : superbe.

Dans l'atelier improvisé, trois personnages s'ignorent. Léon Leenhoff prend la pose en rêvant, le peintre Auguste Rousselin suçote un cigare, la bonne observe le peintre avant de servir le café. Manet nous a déjà fait le coup : les modèles vivent leur vie, chacun pour soi. A commencer par le chat noir, qui délibérément nous tourne le dos.

Et puis on s'amuse avec les réminiscences : les armes en accessoires, la plante en pot, la toile ancienne, le citron à moitié pelé, les reliefs du repas.
  
7b Unique Manet 1868 Le Déjeuner dans l'atelier Nouvelle p
1868, Le Déjeuner dans l'Atelier, Neue Pinakotheck, Munich.

Publié dans Edouard Manet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article