L'Intranquille à Mons

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur

Il est temps, il est grand temps de courir à Mons pour ne pas rater la merveilleuse expo de Gérard Garouste, A la Croisée des Sources.

On y croisera des indiennes, un joueur de flûte, une guenon, quelques ânes, Don Quichotte, Rabelais et l'artiste lui-même.

De quoi nous rendre fous de l'œuvre de Garouste, et nous donner une belle occasion d'initier nos enfants à l'art.

Voici quelques traces de ce parcours foisonnant.

Gérard Garouste dans son atelier de Marcilly-sur-Eure, interviewé pour l'expo de Mons. Le Doudou ne lui est pas inconnu : il a réalisé la frise de la salle des mariages de l'hôtel de ville montois.

Gérard Garouste dans son atelier de Marcilly-sur-Eure, interviewé pour l'expo de Mons. Le Doudou ne lui est pas inconnu : il a réalisé la frise de la salle des mariages de l'hôtel de ville montois.

Dérive, 2010, 114 X 195, Collection Privée.

Dérive, 2010, 114 X 195, Collection Privée.

Cravatée d'une banane, une guenon au pelage épiscopal jauge un mathématicien dubitatif. La mappemonde coiffée d'un entonnoir ne permet plus de douter : le monde est fou.

Isaie d'Issenheim, 2007, Collection Particulière, en dépôt au Musée des Beaux-Arts de Caen.

Isaie d'Issenheim, 2007, Collection Particulière, en dépôt au Musée des Beaux-Arts de Caen.

Facétieux Garouste, qui détourne le retable d'Issenheim et nous donne l'envie d'une expédition à Colmar pour vérifier ses sources!

Dans le tableau de gauche on reconnaît distinctement le panneau de l'annonciation vu en plongée, avec aux pieds-racines du prophète un ange à tête de Garouste.

Le tableau de droite évoque un moment difficile de la vie de l'artiste: on le voit en pleine crise, ceinturé d'une camisole de force, sous le regard condescendant d'un médecin.

Le retable d'Issenheim est conservé au Musée Unterlinden de Colmar.

Le retable d'Issenheim est conservé au Musée Unterlinden de Colmar.

La Dive Bacbuc, 1998, acrylique sur toile et fer forgé, 285 X 600.

La Dive Bacbuc, 1998, acrylique sur toile et fer forgé, 285 X 600.

Projeté dans la pénombre, le visiteur est confronté à une espèce de tente circulaire, avec pour premiers indices les textes rabelaisiens peints sur la toile.

Pour ensuite coller son œil sur les lorgnettes, indispensables pour profiter des scènes contenues à l'intérieur.

Un moment réjouissant.

La Dive Bacbuc, détail vu par une lorgnette. La décence interdit d'exposer certaines scènes plus triviales vues par les autres lorgnettes.

La Dive Bacbuc, détail vu par une lorgnette. La décence interdit d'exposer certaines scènes plus triviales vues par les autres lorgnettes.

Un des deux panneaux de Raba Bar Bar'Hana, 2016, 200 X 235 chaque panneau.

Un des deux panneaux de Raba Bar Bar'Hana, 2016, 200 X 235 chaque panneau.

Le diptyque "Bar Bar'Hana" illustre le conte "Une grenouille plus grande qu'un village de soixante maisons est en train de se faire manger par un serpent lui-même dévoré par un corbeau perché tout en haut d'un arbre".

Cette toile-ci montre le spectateur de la scène avec à sa droite le reflet de la grenouille géante dans un miroir. "Si je ne l'avais pas vu de mes propres yeux, je ne l'aurais pas cru" nous dit-il. On veut bien le croire.

Pour voir l'autre tableau du diptyque, il faudra faire le déplacement à Mons...

 

Le Maître Echanson (à gauche) et Le Maître Panetier (à droite).

Le Maître Echanson (à gauche) et Le Maître Panetier (à droite).

"Pendant une même nuit, l'échanson et le panetier du roi d'Egypte, qui étaient enfermés dans la prison, eurent tous les deux un songe, chacun le sien, pouvant recevoir une explication distincte".

Nous quittons le BAM sur ces deux autoportraits d'inspiration biblique en leur laissant tout leur mystère.

Labyrinthe, installation, 36 toiles recto-verso issues de "L'Ellipse", 2001.

Labyrinthe, installation, 36 toiles recto-verso issues de "L'Ellipse", 2001.

Un lion improbable, un satyre lascif, un serpent cornu, un loup affamé, des hommes égarés et bien sûr quelques ânes vous attendent dans le labyrinthe installé dans la salle Saint-Georges.,

"Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu pourrais ne pas t'égarer", conseille Garouste.

On arrive.

Commenter cet article

Christine 15/01/2017 20:47

Tu te doutes bien que je ne peux qu'approuver cet art-icle
J'ai très peu vu de toiles de Garouste mais je suis une inconditionnelle et j'attends avec impatience de pouvoir l'admirer

Elsa Tevel, sculpteur 16/01/2017 09:23

Tu vas te régaler à Mons.