Accrochage à la Douane

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur

« La liberté de chacun face aux œuvres, tel est ce que nous avons souhaité encourager avec Accrochage, dont le titre laisse place aux œuvres et semble n’indiquer rien d’autre que "Regardez" ».

Telle est l’introduction à l’exposition en cours à la « Punta della Dogana » de Venise : on ne peut mieux dire, tant sont différents les regards portés sur l’art.

Comme toujours à la Douane de Mer, on se laisse prendre par l’atmosphère d’un lieu qui nous apprend à regarder l’art contemporain sans apriori, et à oublier qu’il peut être aussi une valeur spéculative.

Né à Bologne en 1943, Pier Paolo Calzolari fait partie du mouvement de l'Arte Povera. L'installation Senza Titolo (materassi), 1970, semble avoir été conçue pour les vénérables murs vénitiens qui l'accueillent.

Né à Bologne en 1943, Pier Paolo Calzolari fait partie du mouvement de l'Arte Povera. L'installation Senza Titolo (materassi), 1970, semble avoir été conçue pour les vénérables murs vénitiens qui l'accueillent.

Pour ses Tableaux Blancs, réalisés entre 1989 et 1992, Günther Uecker a remplacé les pinceaux par son propre corps et a inséré des accessoires comme des clous ou des lames de rasoir, pour un résultat qui est tout sauf blanc.

Pour ses Tableaux Blancs, réalisés entre 1989 et 1992, Günther Uecker a remplacé les pinceaux par son propre corps et a inséré des accessoires comme des clous ou des lames de rasoir, pour un résultat qui est tout sauf blanc.

 De 1974 à 2013, le peintre allemand Peter Dreher peint chaque jour de façon hypperréaliste le même verre vide posé sur une table, face à un mur blanc. De jour comme de nuit, avec des effets de lumière différents, l'artiste en réalise plus de 5000 versions avec une règle immuable : une fois commencé, le tableau doit être achevé le jour même.

De 1974 à 2013, le peintre allemand Peter Dreher peint chaque jour de façon hypperréaliste le même verre vide posé sur une table, face à un mur blanc. De jour comme de nuit, avec des effets de lumière différents, l'artiste en réalise plus de 5000 versions avec une règle immuable : une fois commencé, le tableau doit être achevé le jour même.

"Jour après jour, c'est un bon jour" (détail), tel est le titre de l'oeuvre de Peter Dreher, qui nous montre que tout n'a pas été dit et que oui, il est encore possible d'innover et de créer en matière de peinture figurative.

"Jour après jour, c'est un bon jour" (détail), tel est le titre de l'oeuvre de Peter Dreher, qui nous montre que tout n'a pas été dit et que oui, il est encore possible d'innover et de créer en matière de peinture figurative.

Le titre de l'oeuvre de Philippe Parreno, "Quasi Objects : My Room is a Fish Bowl, AC/DC Snakes, Happy Ending, Il Tempo del Postino, Opalescent acrylic glass podium, Disklavier Piano" (2014) en dit long sur la mise en scène élaborée qu'il a conçue. Une oeuvre qu'on traverse sous la musique de Franz Liszt et la luminescence du podium.

Le titre de l'oeuvre de Philippe Parreno, "Quasi Objects : My Room is a Fish Bowl, AC/DC Snakes, Happy Ending, Il Tempo del Postino, Opalescent acrylic glass podium, Disklavier Piano" (2014) en dit long sur la mise en scène élaborée qu'il a conçue. Une oeuvre qu'on traverse sous la musique de Franz Liszt et la luminescence du podium.

Les ballons gonflés à l'hélium sont récurrents dans l'oeuvre de Philippe Parreno.

Les ballons gonflés à l'hélium sont récurrents dans l'oeuvre de Philippe Parreno.

Issues de la série Wall Drawing #343, ces oeuvres de Sol LeWitt sont conçues à l'échelle du lieu pour être détruites à la fin de l'exposition. Avec une référence directe aux formes géométriques de Kasimir Malévitch.

Issues de la série Wall Drawing #343, ces oeuvres de Sol LeWitt sont conçues à l'échelle du lieu pour être détruites à la fin de l'exposition. Avec une référence directe aux formes géométriques de Kasimir Malévitch.

On se souvient de l'enfant à la grenouille exposé sur le belvédère de la Dogana lors d'une exposition précédente. La collection Pinault installe cette fois le "Young Man" (2012) de Charles Ray seul tout au bout de la pointe, face à la mer.

On se souvient de l'enfant à la grenouille exposé sur le belvédère de la Dogana lors d'une exposition précédente. La collection Pinault installe cette fois le "Young Man" (2012) de Charles Ray seul tout au bout de la pointe, face à la mer.

"Of what is, that it is; of what is not, that is not 1 & 2" (2012), de Goshka Macuga, sont d'immenses tapisseries réalisées à partir de photos. L'une montre une foule d'Afghans et d'Occidentaux, l'autre un groupe de militants mélangés à des protagonistes du monde de l'art. Sans un mot, toutes deux interpellent sur l'état du monde.

"Of what is, that it is; of what is not, that is not 1 & 2" (2012), de Goshka Macuga, sont d'immenses tapisseries réalisées à partir de photos. L'une montre une foule d'Afghans et d'Occidentaux, l'autre un groupe de militants mélangés à des protagonistes du monde de l'art. Sans un mot, toutes deux interpellent sur l'état du monde.

Commenter cet article