La perle est revenue

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur

On a dit de Vermeer qu'il était le maître de la lumière, et ce n'est pas la "Jeune Fille à la Perle" qui le démentira.

L'œil lumineux, la lèvre brillante, le corsage satiné, le turban ensoleillé, et bien entendu, la perle irisée.

Je ne suis pas d'accord avec le commentateur du Mauritshuis quand il affirme que la Jeune Fille est une "tronie", terme barbare qui voudrait dire que le peintre l'a imaginée et non représentée.

Comment croire que cette gamine belle à croquer n'ait jamais existé?

Johannes Vermeer, La Jeune Fille à la Perle, 1665.

Johannes Vermeer, La Jeune Fille à la Perle, 1665.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article