Le nez de Michel-Ange

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur

Dans ses mémoires, Benvenuto Cellini (1500-1571) rapporte une anecdote de Pietro Torrigiano (1472-1528) à propos de son confrère Michelangelo. Non sans arrogance, Torrigiano se vante d'un exploit de jeunesse :

« Quand nous étions enfants, Buonarroti et moi allions étudier au Carmine, dans la chapelle de Masaccio. Il avait la manie de se moquer de tous ceux qui dessinaient. Un jour où il m’ennuyait, j’en fus plus irrité que d’habitude et, de mon poing fermé, je lui donnai un si grand coup sur la figure que je sentis les os et le cartilage de son nez craquer comme une oublie. Il en portera la marque jusqu’à la fin de ses jours ».

Dans "Les vies des plus excellents peintres", Giorgio Vasari (1511-1574) précise que l'irascible Torrigiano détestait Michelangelo et ne ratait pas une occasion de lui chercher noise. Jaloux?

Portrait de Michelangelo attribué à Baccio Bandinelli (1493-1560), Musée du Louvre.

Portrait de Michelangelo attribué à Baccio Bandinelli (1493-1560), Musée du Louvre.

Publié dans Petites Histoires

Commenter cet article