Alfieri, et fier de l'être

Publié le par Elsa Tevel, sculpteur

Issu de la vieille noblesse piémontaise, dramaturge à succès, Vittorio Alfieri d'Asti (1749-1803) a développé sans contrainte un narcissisme réjouissant.

Comme remède à la modestie, rien de tel que la lecture de sa "Vita", mémoires d'un "cœur si naturellement porté au grand". Extrait:

« Parler de soi, et plus encore écrire de soi, naît, sans aucun doute, d’un excès d’amour-propre. (...) Je le confesse donc ingénument, ce qui me porte à raconter ma vie tout au long, c’est, parmi d’autres sentiments, mais plus impérieux que tout autre, l’amour de moi-même ».

Portrait de Vittorio Alfieri (1793) par François-Xavier Fabre (1766-1837, fondateur du Musée Fabre à Montpellier et successeur d'Alfieri dans le coeur de la comtesse d'Albany), Musée de Offices, Florence.

Portrait de Vittorio Alfieri (1793) par François-Xavier Fabre (1766-1837, fondateur du Musée Fabre à Montpellier et successeur d'Alfieri dans le coeur de la comtesse d'Albany), Musée de Offices, Florence.

Publié dans Petites Histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marina 17/04/2014 16:45

Bien dit Vitto :-)